Prescription scolaire en livre audio (évite de lire).

  • Le 29 septembre 1759, Robinson est Ă  bord de la galiote la "Virginie" faisant route pour le Chili. Une tempĂŞte formidable prĂ©cipite le navire sur des rĂ©cifs. Seul survivant du naufrage, Robinson se retrouve sur une Ă®le dĂ©serte, livrĂ© Ă  lui-mĂŞme. Sa solitude va le contraindre Ă  faire preuve d'ingĂ©niositĂ©, de persĂ©vĂ©rance et de courage, afin de survivre dans ce monde sauvage. Jusqu'au jour, un vendredi, oĂą, se croyant abandonnĂ© de tous, il rencontre un ĂŞtre humain pour le moins inattendu.
    Avec Vendredi, il va faire l'apprentissage d'une vie nouvelle, en harmonie avec la nature.
    Raconté par l'auteur en personne. La magie de la voix de ce conteur d'exception nous transporte sur une île déserte à la découverte des aventures pittoresques de Robinson et de son compagnon, Vendredi.
    Musique originale : François Rauber.

  • « Un certain 21 juin eut lieu en Angleterre la rĂ©volte des animaux. Les cochons dirigent le nouveau rĂ©gime. Snowball et NapolĂ©on, cochons en chef, affichent un règlement :
    "Tout ce qui est sur deux jambes est un ennemi. Tout ce qui est sur quatre jambes ou possède des ailes est un ami. Aucun animal ne portera de vêtements. Aucun animal ne dormira dans un lit. Aucun animal ne boira d'alcool. Aucun animal ne tuera un autre animal. Tous les animaux sont égaux."
    Le temps passe. La pluie efface les commandements. L'âne, un cynique, arrive encore à déchiffrer :
    "Tous les animaux sont égaux, mais (il semble que cela ait été rajouté) il y en a qui le sont plus que d'autres." »

  • 18 juillet. Hier Ă  midi, sur la plage de Tipaza, un employĂ© de bureau dĂ©nommĂ© Meursault, demeurant rue Bab-Azoun Ă  Alger, a tuĂ© de cinq balles de revolver un Arabe non encore identifiĂ©. Les motifs du crime restent inconnus. ArrĂŞtĂ©, Meursault a Ă©tĂ© transfĂ©rĂ© Ă  la prison d'Alger. JugĂ©, reconnu coupable de meurtre avec prĂ©mĂ©ditation, condamnĂ© Ă  mort et exĂ©cutĂ©, on ne saura jamais pourquoi Meursault a tuĂ©. Il assiste Ă  son procès comme si c'Ă©tait un autre qu'on jugeait. Une profonde rĂ©flexion sur l'ĂŞtre et la vie.

    Michael Lonsdale donne une interprétation magistrale de ce texte âpre et dense. Il nous fait toucher du doigt cette distance vis-à-vis de la réalité qui confine à l'indifférence et finalement perd Meursault.

  • Entre Madame Rosa et Momo, c'est un amour maternel qui ne passerait pas les liens du sang, c'est l'amitiĂ© entre les peuples juif et arabe, c'est le poids de l'Histoire allĂ©gĂ© par l'appĂ©tit de vivre. Le roman se passe Ă  Belleville, vingtième arrondissement de Paris, sixième Ă©tage sans ascenseur. Momo a dix ans, peut-ĂŞtre quatorze en rĂ©alitĂ©. Cela fait beaucoup de chiffres pour un mĂ´me qui rĂ©invente le dictionnaire et a le sens de la maxime : Je pense que pour vivre, il faut s'y prendre très jeune, parce qu'après on perd toute sa valeur et personne ne vous fera de cadeaux.

    Bernadette Lafont et Kamel Belghazi incarnent avec bonheur le couple Madame Rosa-Momo. Dans leur relation, l'humour fait presque oublier la gravité de la situation. Du rire, on passe aux larmes. Un pur moment d'émotion...

  • 1984

    George Orwell

    "De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. BIG BROTHER VOUS REGARDE, répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de Winston... Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartit comme une flèche, dans un vol courbe. C'était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n'avaient pas d'importance. Seule comptait la Police de la Pensée."

    Christian Gonon interprète avec virtuosité un des plus grands textes de George Orwell : avec lui, nous entrons dans le monde totalitaire de Big Brother, à la frontière entre science-fiction et réalité.

  • Il y avait une fois un riche marchand. Sa fille cadette possĂ©dait tant de charmes et d'attraits qu'on l'avait surnommĂ©e la Belle. Au fond d'un bois touffu, se trouvait le château de la bĂŞte, un monstre d'une incroyable laideur. Un jour, pour sauver la vie de son père, la belle doit rejoindre la BĂŞte...
    Le célèbre conte de la Belle et la Bête interprété par Jacques Bonnaffé et mis en musique de façon magistrale par Isabelle Aboulker.

  • La jeune hĂ©ritière mademoiselle de Chartres consent Ă  Ă©pouser le prince de Clèves Ă  l'âge de 16 ans. Mais son mari se rend compte que la jeune fille ne l'aime ni ne le dĂ©sire vraiment et s'en dĂ©sespère. Quand paraĂ®t le duc de Nemours, elle s'en Ă©meut et Ă©prouve enfin ces sentiments et transports que cherche en vain Ă  lui inspirer son Ă©poux. L'attirance est rĂ©ciproque, Nemours cherche Ă  assouvir sa passion, mais la princesse de Clèves lui Ă©chappe : en elle, les premiers Ă©mois amoureux bataillent avec son Ă©ducation et le serment de fidĂ©litĂ© qu'elle a jurĂ© devant Dieu, sans avoir conscience de ce Ă  quoi elle s'engageait.

    « La plupart des mères s'imaginent qu'il suffit de ne parler jamais de galanterie devant les jeunes personnes pour les en éloigner. Madame de Chartres avait une opinion opposée ; elle faisait souvent à sa fille des peintures de l'amour ; elle lui montrait ce qu'il a d'agréable pour la persuader plus aisément sur ce qu'elle lui en apprenait de dangereux. » M. d. L. F.

  • C'est Ă  la brillante cour des Valois que se noue et se joue la passion de la princesse de Clèves et du duc de Nemours. Passion tacite, et qui ne s'exprime longtemps que par des signes : un portrait dĂ©robĂ©, la couleur d'un vĂŞtement au tournoi, la soudaine Ă©motion d'un visage. Passion tragique, aussi, dont la mort est la consĂ©quence imprĂ©vue. Si La Princesse de Clèves, lors de sa parution en 1678, est le livre le plus immĂ©diatement commentĂ© de son Ă©poque, c'est que, sans rompre totalement avec le roman antĂ©rieur, il y introduit le souci de vraisemblance et de brièvetĂ© qui caractĂ©rise alors la nouvelle, et concilie de manière neuve narration et psychologie. La Princesse de Clèves est l'oeuvre la plus cĂ©lèbre de Marie-Madeleine de La Fayette. Son succès fut immense dès sa publication en 1678, ce roman est considĂ©rĂ© comme un prototype du roman d'analyse psychologique.

  • Le père de Matilda Verdebois pense que sa fille n'est qu'une petite idiote. Sa mère passe tous ses après-midi Ă  jouer au loto. Quant Ă  la directrice de l'Ă©cole, Mlle Legourdin, c'est la pire de tous : un monstrueux tyran, qui trouve que les Ă©lèves sont des cafards. Elle les enferme mĂŞme dans son terrible Ă©touffoir.
    Matilda, elle, est une petite fille extraordinaire à l'esprit magique, et elle en a assez. Tous ces adultes feraient bien de se méfier, car Matilda va leur donner une leçon qu'ils ne sont pas près d'oublier.
    Emmenés par Christian Gonon de la Comédie-Française, les comédiens s'amusent dans ce récit plein d'humour et de grincements de dents !

  • Louison n'a que dix ans quand Molière la choisit pour jouer dans sa dernière pièce. Fille de comĂ©diens, la fillette va enfin pouvoir rĂ©aliser son plus beau rĂŞve : ĂŞtre actrice. Et pas n'importe oĂą! Ă€ la ComĂ©die-Française, devant la cour du Roi-Soleil, Louis XIV...
    "Quand tu seras grande, tu vas devenir une de ces actrices indispensables dont les directeurs ont toujours besoin. Ta voix est belle. Et tes yeux rayonnent."
    Avec tendresse et énergie, Élodie Huber anime un texte personnel et vivant, qui se prête magnifiquement à une adaptation audio.

  • Pourquoi la jeune Lyra, Ă©levĂ©e dans l'atmosphère confinĂ©e du prestigieux Jordan College, est-elle l'objet de tant d'attentions ? De quelle mystĂ©rieuse mission est-elle investie ? Lorsque son meilleur ami disparaĂ®t, victime des ravisseurs d'enfants qui opèrent dans le pays, elle se lance sur ses traces. Un pĂ©rilleux voyage vers le Grand Nord, qui lui rĂ©vĂ©lera ses extraordinaires pouvoirs et la conduira Ă  la frontière d'un autre monde.
    Jean-Claude Drouot prête sa voix généreuse à cet envoûtant récit fantastique. Il met en scène toutes les situations et toutes les voix avec une vivacité et un talent incomparables. Une lecture enlevée et vivante accompagnée d'une musique originale de grande qualité.

  • "- Tu seras un hĂ©ros, tu seras gĂ©nĂ©ral, Gabriele D'Annunzio, Ambassadeur de France - tous ces voyous ne savent pas qui tu es !
    Je crois que jamais un fils n'a haï sa mère autant que moi, à ce moment-là. Mais, alors que j'essayais de lui expliquer dans un murmure rageur qu'elle me compromettait irrémédiablement aux yeux de l'Armée de l'Air, et que je faisais un nouvel effort pour la pousser derrière le taxi, son visage prit une expression désemparée, ses lèvres se mirent à trembler, et j'entendis une fois de plus la formule intolérable, devenue depuis longtemps classique dans nos rapports : - Alors, tu as honte de ta vieille mère?"

    De sa voix ronde et chaleureuse, Hervé Pierre restitue à merveille l'hommage de Romain Gary à sa mère. Une lecture entre rire et larmes où se succèdent scènes d'amour, d'adieu et de retrouvailles.

    Prix Lire dans le noir 2014 (SĂ©lection Classique)

  • "Voyage au bout de la nuit, chef d'oeuvre littĂ©raire incontestĂ© dont Denis Poadalydès nous restitue toute la force brute, est prĂ©sentĂ© pour la première fois en version numĂ©rique (en coĂ©dition avec l'Historial de la Grande Guerre, et en accord avec Gallimard et la Succession CĂ©line).
    « Louis-Ferdinand Céline est entré dans la grande littérature comme d'autres pénètrent dans leur propre maison. Homme mûr, muni de la vaste provision d'observations du médecin et de l'artiste, avec une souveraine indifférence à l'égard de l'académisme, avec un sens exceptionnel de la vie et de la langue, Céline a écrit un livre qui demeura, même s'il en écrit d'autres et qui soient au niveau de celui-ci. »
    LĂ©on Trotsky (The Atlantic Monthly, octobre 1935)

    « Denis Podalydès, une science de la lecture, une lecture non intervenante, c'est magnifique. Sur une profondeur de 16 heures, la lecture la plus extraordinaire ! » Daniel Pennac (sur France Inter - Interview Vincent Josse). "

  • «Enfant, quand je m'efforçais de m'exprimer dans un langage châtiĂ©, j'avais l'impression de me jeter dans le vide.
    Une de mes frayeurs imaginaires, avoir un père instituteur qui m'aurait obligée à bien parler sans arrêt en détachant les mots. On parlait avec toute la bouche.
    Puisque la maîtresse me "reprenait", plus tard j'ai voulu reprendre mon père, lui annoncer que "se parterrer" ou "quart moins d'onze heures" n'existaient pas. Il est entré dans une violente colère. Une autre fois : "Comment voulez-vous que je ne me fasse pas reprendre, si vous parlez mal tout le temps !" Je pleurais. Il était malheureux. Tout ce qui touche au langage est dans mon souvenir motif de rancoeur et de chicanes douloureuses, bien plus que l'argent.»
    Prix Renaudot 1984.

  • "La patte du chat"
    Pour avoir cassé un plat très précieux, Delphine et Marinette risquent d'être envoyées chez la méchante tante Mélina. Heureusement, la solidarité des animaux de la ferme va jouer et sauver la situation.
    "Le chien" :
    En revenant des courses, Delphine et Marinette font une curieuse rencontre : un chien aveugle qui les supplie de l'adopter. Mais ce nouveau compagnon sera-t-il du goût des parents et du chat ?
    Suivez Delphine et Marinette, les deux soeurs espiègles, et leurs amis les animaux de la ferme, dans deux autres aventures mêlant l'humour et le merveilleux, "Les boîtes de peinture" et "Le paon".
    Lu par Michel Galabru, Roger Carel, Perrette contes du chat perché. C'est un remarquable conteur que chacun voudrait avoir pour grand-père, le soir au moment de se coucher. Perrette Pradier et Roger Carel lui donnent la réplique et font vivre cette étonnante et pittoresque société animale.

  • "Moi, Willy Wonka, j'ai dĂ©cidĂ© de permettre Ă  cinq enfants de visiter ma chocolaterie cette annĂ©e. Ces cinq chanceux seront initiĂ©s Ă  tous mes secrets, Ă  toute ma magie."
    Willy Wonka est le plus grand inventeur de chocolats de tous les temps. Et savez-vous qui est Charlie ? Charlie Bucket est le héros de cette histoire. Il y a quatre autres enfants dans ce livre, d'affreux petits garnements, nommés Augustus Gloop (goinfre), Veruca Salt (gâtée), Violette Beauregard (mordue de chewing-gum) et Mike Teavee (obsédé par la télé). Les voilà qui arrivent, avec leur ticket d'or, à la chocolaterie Wonka ! Quels secrets vont-ils découvrir ? Notre tournée va commencer ! Mais ne vous dispersez pas ! Wonka n'aimerait pas perdre l'un de vous à ce stade...
    Entouré de quatre comédiens, Claude Villers raconte l'une des histoires les plus célèbres de Roald Dahl. Une interprétation exceptionnelle !

  • Avec insolence et humour, Pierre Gripari revisite l'univers des contes de fĂ©es et enchante les rues de Paris. Un rĂ©gal pour tous ceux qui aiment qu'on leur raconte des histoires...
    Avec une malice contagieuse Pierre Gripari et François Morel nous font partager ces contes modernes, insolites et savoureux !

  • Dans la vallĂ©e, il y avait trois fermiers, Ă©leveurs de volailles dodues... Le premier Ă©tait gros et gourmand; le deuxième Ă©tait petit et bilieux; le troisième Ă©tait maigre et se nourrissait de cidre. Tous les trois Ă©taient laids et mĂ©chants. Dans le bois qui surplombait la vallĂ©e vivaient MaĂ®tre Renard, Dame Renard et leurs quatre renardeaux, affamĂ©s et malins...
    Les aventures de Maître Renard sont racontées avec délice et espièglerie par un célèbre duo de comédiens: Christine Delaroche et Daniel Prévost. Une interprétation pleine d'énergie et de drôleries !

  • Les Fleurs du Mal

    Charles Baudelaire

    "Que faites vous quand vous écrivez ces vers saisissants ? Que faites vous ? Vous marchez. Vous dotez le ciel de l'art d'on ne sait quel rayon macabre. Vous créez un frisson nouveau (...) Vous êtes un noble esprit et un généreux coeur. Vous écrivez des choses profondes et souvent sereines. Vous aimez le beau. Donnez moi la main."
    Victor Hugo, Lettre Ă  Charles Baudelaire, 6 octobre 1859

  • « Le poète est semblable au prince des nuĂ©es - Qui hante la tempĂŞte et se rit de l'archer ; ExilĂ© sur le sol au milieu des huĂ©es, Ses ailes de gĂ©ant l'empĂŞchent de marcher. » L'albatros

  • Ce CD audio propose une sĂ©lection de vingt-deux poèmes extraits du recueil Les Fleurs du Mal, Spleen et IdĂ©al de Charles Baudelaire. Ă€ travers ses poèmes, Baudelaire nous fait partager le drame qui se joue en lui et qui n'est autre que la tragĂ©die humaine. Baudelaire, premier poète moderne, donne Ă  la poĂ©sie sa vĂ©ritable dimension : exprimer, par-delĂ  les mots, ce vertige absolu qui s'empare de l'âme. Tout chez lui affirme la nĂ©cessitĂ© de la souffrance, la fatalitĂ© du pĂ©chĂ©. Tout traduit une âme profondĂ©ment troublĂ©e mais charitable. Baudelaire fait des Fleurs du Mal un immense poème Ă  la vie et au monde.
    Denis Lavant s'empare des mots de Baudelaire et, de sa voix rauque et profonde, nous emmène entre «spleen et idéal» dans l'univers contrasté de ce grand poète de la modernité.
    Un moment de lecture rare et intense.

  • PubliĂ© en 1830, Le Rouge et le noir est un monument de la littĂ©rature française. Roman rĂ©aliste oĂą l'ambition cĂ´toie la cruautĂ© d'une jeunesse inconsciente. Julien Sorel, fil de charpentier, veut gravir les Ă©chelon de la sociĂ©tĂ©,pour cela deux carrières s'offrent Ă  lui : le clergĂ© ou le militaire ; c'est finalement par les femmes que Julien parviendra Ă  ses fins.

  • Initialement appelĂ© Eau de vie par Apollinaire, le projet d'Alcools est une anthologie retraçant son itinĂ©raire poĂ©tique depuis 1888. Apollinaire y rassemble des poèmes anciens, aux accents symbolistes, mystĂ©rieux et faussement archaĂŻques, des poèmes rhĂ©nans, des poèmes du renouveau Ă©crits entre 1907 et 1911 et publiĂ©s dans diverses revues et des poèmes plus rĂ©cents, encore inĂ©dits. AgencĂ© selon un principe thĂ©matique et poĂ©tique plutĂ´t que chronologique, dĂ©pourvu de toute ponctuation et ornĂ© d'un frontispice de Picasso, ce recueil connaĂ®t vite le succès. Les mots rares, les dĂ©tails insolites, les ruptures de ton et de rythme charment le lecteur comme un puissant sortilège... et l'amènent Ă  redĂ©couvrir et Ă  apprĂ©cier Le Bestiaire paru en 1911 et passĂ© alors relativement inaperçu.

    En un accord parfait avec la langue, le comédien Bernard Métraux interprète magistralement les plus beaux poèmes d'Apollinaire.
    En bonus, un document d'archive rare et Ă©mouvant : une lecture du Pont Mirabeau par Apollinaire lui-mĂŞme (1913).

  • Tom Sawyer

    Mark Twain

    Tom Sawyer est publié en 1876 et remporte un succès immédiat. Son auteur, Mark Twain vient du sud des États-Unis, et c'est dans ce contexte régional et culturel qu'il situe les histoires de deux jeunes amis, Tom Sawyer et Huckleberry Finn, témoins malgré eux d'un meurtre ! Sur les bords du Mississipi, les deux garçons vont apprendre le courage et l'amitié. © Nathan (P)

empty