• Parce que Toto est un peu constipé et refuse d'avaler un purgatif, la journée de ses parents devient un enfer ! Dans cette comédie de moeurs incontournable qui ne manque pas de mordant, au rythme enlevé et très actuel, Georges Feydeau se moque avec malice des comportements de la famille bourgeoise de la Belle Epoque, en alternant scènes musicales et théâtre contemporain.
    Cette pièce permettra d'étudier l'énonciation au théâtre, la satire, la farce et la caricature, mais aussi le rire pour dénoncer, les genres et l'évolution du théâtre au début du xxe siècle et la scénographie et les décors de théâtre au temps de Feydeau.

    Niveaux et thèmes au programme
    Thème « Vivre en société, participer à la société »
    5e : « Avec autrui : familles, amis, réseaux »
    4e : « Individu et société : confrontations de valeurs ? »
    3e : « Dénoncer les travers de la société »

  • 'Sécurité et discrétion! Hôtel du Libre-Échange, 220, rue de Provence! Recommandé aux gens mariés... ensemble ou séparément!...' Telle est la publicité qui, tombée entre les mains de l'entrepreneur Pinglet, suscite chez lui la folle envie de goûter enfin aux joies de l'adultère. Dans le Paris de la Belle Époque, tromper sa femme - même quand il s'agit de l'acariâtre Angélique Pinglet - n'a toutefois rien d'aisé. Pour serrer dans ses bras la jolie Marcelle, femme de son ami et collaborateur l'architecte Paillardin, Pinglet va devoir affronter une nuit de cauchemar et, dans l'hôtel borgne où il a réussi à l'attirer, échapper à tous ceux qui ne devraient pas se trouver là...

    Georges Feydeau, associé ici à Maurice Desvallières, repousse une fois de plus les limites de la mécanique vaudevillesque : comme Pinglet, spectateurs et lecteurs ne sont pas près d'oublier l'Hôtel du Libre-Échange...

  • ÉTIENNE
    Je voulais justement te demander un service ; or, il découle tout seul de la situation.
    MARCEL, empressé.
    Ah ! parle ! quoi ?
    ÉTIENNE
    Eh bien, voilà ! Tu sais entre nous combien je tiens à Amélie... Ah ! si j'avais pu l'emmener avec moi là-bas !... Mais j'ai réfléchi qu'une ville de garnison... avec des supérieurs hiérarchiques, quand on a une jolie maîtresse... c'est pas prudent ! [...] Mon vieux, il n'y a que toi ! Toi, tu es mon meilleur ami ; j'ai confiance en toi comme en moi-même ; Amélie te porte de l'affection... Eh bien ! rends-moi ce service : pendant que je ne serai pas là... (très scandé) occupe-toi d'Amélie !
    (Acte I, scène XVI)

  • On parle volontiers de la misogynie de Georges Feydeau (1892-1921), mais ce sont tous ses personnages qui, quels que soient leur sexe et leur condition, se parent de ridicule pour notre plus grand plaisir. Hommes et femmes, mufles et faux amis, ploucs et aristos, médecins et domestiques : nul n'est épargné dans ces pièces indémodables régulièrement montées, notamment pour les fêtes de fin d'année. Ce volume cruellement jubilatoire est constitué de répliques hilarantes mais aussi de bons mots de l'homme Feydeau. Mieux qu'un recueil, c'est un vaudeville en soi - d'une telle modernité qu'on dirait de la télé-réalité avant l'heure, mais en beaucoup plus drôle.

empty