Histoire de la BD

  • Dès l'apparition des premiers albums de Tintin dans les librairies et les tabagies de la province, les Québécois se prennent d'affection pour ce jeune reporter intrépide. L'effervescence exceptionnelle des années 1960, alors que le Québec s'ouvre sur le monde, fera croître cet attachement au personnage de Tintin pour qui rien ne semble impossible !

    C'est dans ce contexte, en pleine Révolution tranquille, que s'organise en 1965 le seul voyage d'Hergé en Amérique francophone. À l'époque, des milliers d'admirateurs se pressent autour de lui et, réciproquement, Hergé ressent d'emblée pour ce pays une sympathie profonde.

    Dans une maquette entièrement revue, cette nouvelle édition est enrichie de textes, d'images et de documents d'archives inédits qui retracent, à la manière d'un journal de bord, le voyage d'Hergé dans la Belle Province. L'auteur y évoque en parallèle le parcours de Tintin, un héros bien ancré dans l'imaginaire collectif des Québécois.

  • Histoire du manga

    Karyn Poupee

    Apparu à la fin du XIXe siècle, en s'inspirant des caricatures à la mode occidentale, le manga, forme d'expression artistique en perpétuel renouvellement, est aujourd'hui un genre majeur, protéiforme et dynamique.
    En se démarquant du reste de la production graphique mondiale, le manga est devenu une véritable industrie qui vend des magazines et séries par dizaines de millions d'exemplaires et représente, au Japon, un marché de plus de 3 milliards d'euros. Puits de scénarios pour la télévision et le cinéma, vivier de mascottes lucratives, il est l'un des plus efficaces ambassadeurs de la culture nippone en France.
    Créé dans une société singulière et énigmatique, cet univers narratif réfléchit l'évolution du pays dans lequel il s'est développé : moyen de consolation durant la récession d'avant-guerre, le manga se fit le héraut de la contestation dans les années soixante et un médiateur du féminisme dix ans plus tard. D'Astro Boy à Akira, le manga transforme les robots en gentils humains ou les hommes en terribles machines, rêve le meilleur d'une nation ambitieuse et solidaire, ou anticipe le pire d'une société décadente et belliqueuse.
    Mais au-delà, et c'est ce que montre Karyn Poupée à travers cet essai subtil où se conjuguent l'histoire, l'art et la sociologie du Japon, la portée du manga est universelle. Se faisant laboratoire de l'existence, il renvoie à chacun d'entre nous une image de lui-même et de l'humanité à laquelle il appartient.

empty