Fantasy urbaine

  • Gustav Caroll pourrait, à vue de myope, être considéré comme le H. P. Lovecraft de la littérature urbaine. Ses visions, toutes issues d'un Paris quadrillé et parfois labyrinthique, paraissent extravagantes, comme infusées de magie noire et de rêves troubles. Or, tout ce qui est extrait de ce Paris gargouillant d'animaux et de végétaux, est rigoureusement vrai : du concert assourdissant d'aboiements de chiens recevant la bénédiction dans une église à l'inquiétant manoir aux cent cinquante chats fantomatiques. Au sein de ce « Paradis perdu », ou « Enfer retrouvé » (question de tendresse envers les rats, les fourmis ou les renards), tout est étrange car tout est normal, c'est-à-dire quantifiable, visible, scientifiquement correct. L'image de la jungle urbaine, au sens propre et au sens actuel : rien ne dépasse, les souterrains n'existent pas, l'hygiène règle tous les problèmes. Non, Gustav Caroll a raison, c'est bien le paradis, et l'on peut affirmer candidement en refermant ces chroniques, que « tout est au mieux dans le meilleur des mondes possibles ».

  • À Engelsfors, les démons n'ont de cesse de changer de forme et d'élaborer de nouveaux stratagèmes pour établir leur emprise néfaste sur notre monde...La canicule écrase la ville d'Engelsfors, une vague de chaleur anormale étouffe la forêt environnante. Un phénomène qui inquiète les Élues, dans l'attente de la prochaine attaque des démons. Les jeunes sorcières, ébranlées par la mort d'Elias puis par celle de Rebecka, doivent encore apprendre à apprivoiser leurs pouvoirs alors que tous leurs repères s'écroulent.
    Et le Conseil, loin de les guider, leur intente un procès, alors qu'une étrange animosité à l'encontre des jeunes filles se répand à travers la ville comme une traînée de poudre.
    Cernées, esseulées, les Élues doivent faire front ensemble, mais les tensions au sein du cercle se font de plus en plus vives.

  • Le troisième et dernier chapitre du combat des Élues contre les forces démoniaques.
    À Engelsfors, tous ont oublié les événements dramatiques de l'été précédent. Tous ou presque. Pour Minoo, Anna-Karin, Linnéa et Vanessa les blessures sont encore vives, et ce qu'il reste de leur Cercle ne tourne plus tout à fait rond. Pourtant, plus que jamais, le monde a besoin de ses Élues. Les niveaux de magie sont au plus haut, les présages se font pesants. Bientôt, la porte s'ouvrira et les démons déferleront sur le monde. Dans leur cortège : l'apocalypse...
    Tandis que le Conseil trame d'obscurs plans, qu'à la Frontière leurs amis disparus errent sans trouver la paix, les quatre lycéennes tâchent de surmonter leurs problèmes personnels et de mettre leurs pouvoirs à l'unisson.
    Car l'union fait la force.
    Car elles seules sont la Clé.

  • La guerre sera surnaturelle, ou ne sera pas.Quand, après des années de combats acharnés,
    deux organisations secrètes et rivales sont contraintes d'
    allier leurs forces, une seule personne semble en mesure de les aider à conclure cette paix nécessaire :
    Myfanwy Thomas.
    D'un côté,
    la Checquy, organisation secrète chargée de combattre les forces surnaturelles qui menacent la
    Couronne britannique.
    De l'autre,
    les Greffeurs, une société de peu recommandables
    alchimistes belges adeptes de manipulations génétiques en tous genres.
    Mais c'est sans compter les mystérieux
    Antagonistes, qui tentent par tous les moyens de faire échouer les négociations.
    Goules anthropophages, sous-marins informes, prodiges permanents et monstres en tous genres...
    Entre Jasper Fforde et James Bond, Douglas Adams et les Men in Black, le lecteur retrouvera avec un immense plaisir l'incroyable univers de
    The Rook, boosté à la terreur sourde et à l'
    humour survolté. Un voyage dont on ne revient pas indemne !

empty