Maltraitance / Violences

  • J'ai un nom Nouv.

    Puissant. Bouleversant. Inspirant. Un récit gorgé d'émotion dont on ne ressort pas indemne.Le 17 janvier 2015, Chanel et sa soeur assistent à une fête sur le campus de Stanford. Quelques heures plus tard, Chanel se réveille dans une chambre d'hôpital : on lui explique qu'elle a sans doute été violée ce que de pénibles examens confirment.
    Son agresseur présumé, Brock Turner, est un athlète prometteur soutenu par ses parents et dont la ligne de défense ne variera pas : la victime était consentante. Ce
    " bon garcon ",
    " d'excellente réputation ", essaiera même de le lui faire admettre. Devant les preuves certaines il est pourtant reconnu coupable mais, au nom de " conséquences collatérales négatives ", uniquement condamné à six mois de prison. Lors du verdict, Chanel, jusque-là sidérée et mutique, lit une déclaration qui restera dans les mémoires et contribuera à faire changer la loi californienne.
    Ce récit, qui questionne lourdement un système pénal conçu pour protéger les plus forts, marque surtout par le courage de la victime qui,
    grâce à lui, réussit à se réapproprier son identité. Entrelaçant douleur, résilience et humour, il est en passe de devenir un classique moderne.
    " Ce livre est un acte de revendication...
    J'ai un nom marque les débuts d'une jeune écrivaine talentueuse. "
    Jennifer Weiner,
    The New York Times " Dans un monde parfait, la lecture de
    J'ai un nom serait obligatoire pour tout policier, inspecteur, procureur et juge qui s'occupe de victimes d'agression sexuelle. "

    LA Times " Miller est une conteuse douée... Apprenez son nom, écoutez sa voix ! "

    The New Yorker " Dans un monde qui demande à trop de survivants de garder leurs expériences pour eux-mêmes [...]
    J'ai un nom est sans conteste un très grand livre [...]. Le lire inspire l'espoir. "

    The Guardian " Dans sa rare honnêteté et dans ses petits détails,
    J'ai un nom est à la fois une plaie ouverte et un baume, un cri silencieux et le plus fort des cris...
    J'ai un nom est plus qu'une mise en accusation, même si elle est réussie et émouvante. C'est aussi une main tendue, qui vous invite à vous battre à ses côtés. "

    Elle " Miller se distingue non seulement par sa résilience et sa force d'âme, mais aussi par son pouvoir d'expression. Elle possède des dons extraordinaires en tant qu'écrivain. "
    The National Book Review

  • Innocente

    Audrey Delaney

    Bien qu'abusée et maltraitée pendant toute son enfance, la jeune Audrey a gardé le silence. Enfin elle se libère de son terrible secret... Inédit, ce témoignage est bouleversant.
    Un trop lourd secret pour une si jeune fille Les premiers souvenirs d'Audrey remontent à ses trois ans, l'âge où son père commence à abuser d'elle.Trop jeune pour comprendre et y mettre des mots, la petite fille endure ce cauchemar pour préserver les autres : sa mère, ses frères, mais aussi les petites filles du voisinage.Derrière un comportement de plus en plus rebelle, Audrey cache des appels au secours, mais personne ne l'entend. Elle grandit avec ce trop lourd secret et ce n'est qu'à l'âge adulte qu'elle trouvera la force de parler, puis de témoigner contre son père.De son enfance douloureuse à sa reconstruction, Audrey Delaney livre ce témoignage pour toutes les victimes prisonnières du silence.

  • " Les parents d'accueil recoivent rarement les éloges qu'ils méritent. Avec Cathy Glass, cela devrait changer ! " First Magazine
    Quel désarroi pour Cathy quand elle se voit confier Donna par les services sociaux ! La fillette de 10 ans semble porter sur ses épaules toute la tristesse du monde. Elle a le regard vide et ne dit pas un mot.
    Mais Cathy possède un don, celui de redonner confiance aux enfants qu'elle accueille chez elle.
    Avec Donna, le chemin sera long. Elle mettra du temps à révéler l'horreur que les siens lui ont fait subir. Une vraie vie de souffre- douleur ! Sa mère la battait, l'humiliait, la traitait en esclave et buvait l'argent des allocations...
    Comment dès lors ne pas se laisser étouffer par la colère et la rage ? Et, surtout, retrouver le sourire et l'espoir ?

  • Le jouet du prédateur

    Sascha Buzmann

    " 86 jours de terreur. Une seule idée : survivre. Un témoignage d'une intensité rare. " Der Spiegel
    En ce 9 janvier 1986, la neige tombe à gros flocons sur la région de Francfort. Au pied de son immeuble, Sascha, 9 ans, fait un bonhomme de neige.
    Surgit alors un inconnu, qui l'enlève.
    Pendant près de 3 mois, Sascha va connaître l'enfer. Dans une caravane sans eau ni électricité, il survivra aux coups, aux viols à répétition, à la crasse, à la faim... Mais à quel prix ?
    Vingt-huit ans plus tard, voici son histoire, qui est aussi celle d'une lente reconstruction.

  • Lors de vacances en Tunisie, Tina, une jeune allemande de 29 ans, rencontre Farid, un charmant médecin. Elle en tombe follement amoureuse et décide de tout plaquer pour l'épouser.Bientôt, ils sont parents d'une petite Emira. Mais l'idylle tourne au cauchemar. Farid humilie Tina et la bat. Pourtant, la jeune femme veut continuer à y croire. Jusqu'au jour où, poussée à bout, elle décide de divorcer, perdant du même coup, la garde d'Emira...La jeune mère n'a alors d'autre choix que d'enlever sa fille à son père pour la ramener en Allemagne. Mais comment faire, alors que son ex-mari, aidé par la police des frontières, contrôle tous ses déplacements ?L'amour d'une mère recèle des forces insoupçonnables...Première édition : l'Archipel, 2015


  • Pour la première fois, une carmélite lève le secret.

    Alors qu'elle a 16 ans, en Ukraine, la vocation de Claire lui apparaît : sa vie est à Dieu. Quelques années plus tard, elle entre au Carmel en France, avec le désir d'y trouver le silence sonore de la contemplation. Idéaliste, elle doit affronter la réalité d'une communauté vieillissante, dans un monastère insalubre. Comme dans un puits noir, elle va tomber dans le silence oppressant de l'isolement.
    Peu après ses voeux solennels, un carme devient son frère spirituel. Une relation de confiance se noue, dont le prêtre va se servir : l'accompagnement s'étend jusqu'à devenir une mainmise qui culmine avec les abus physiques.
    Claire se décide finalement à parler - sans se douter qu'elle se heurtera, là encore, à un silence funeste : ses signalements seront étouffés. Malgré tout, elle avance, change de vie et alerte le procureur de la République ainsi que les instances ecclésiastiques supérieures.
    Dans ce récit poignant, elle met enfin des mots sur la double emprise et entrouvre les portes du Carmel, lieu secret s'il en est. Si, jusqu'à maintenant, les abus spirituels et sexuels étaient associés aux déviances des communautés dites nouvelles, cette fois-ci, la question se pose dans un ordre aussi ancien et prestigieux que le Carmel.

  • L'exploitation sexuelle est un sujet d'actualité qui dérange et trouble notre société. Mais que se passe-t-il pour ces jeunes filles et ces femmes qui restent derrière ce tapage médiatique lorsque les projecteurs se referment? Qu'en est-il vraiment? Quelle est leur histoire? Pourquoi est-ce si difficile de refaire leur vie au point que 90 % d'entre elles, selon le SPVM, retournent dans l'industrie du sexe? Les services d'aide déjà offerts sont-ils vraiment adaptés à cette problématique?

    Pour cet ouvrage, Mélanie a rencontré 44 personnes de l'industrie du sexe et le parcours de vie de certaines, dont le récit d'une mère, ne laissera aucun lecteur insensible! Voici les histoires de vie de sept survivantes qui se dévoilent entièrement: de leur enfance à ce qui les a amenées dans ces milieux, de la cruauté de leur quotidien... et de leur long parcours de réhabilitation visant leur réinsertion sociale.

    De plus, en mars 2019, l'auteure a assisté à un rassemblement de 34 survivantes canadiennes d'exploitation sexuelle, d'où sont ressorties plusieurs pistes de solutions et recommandations qu'elle nous présente ici.

    Finalement, pour bien comprendre d'où proviennent les proxénètes et comment ils utilisent l'exploitation sexuelle à leurs fins, deux pimps ont accepté de raconter leur histoire.

    Ce livre est destiné autant aux victimes et à leur famille qu'à tous les professionnels et intervenants qui souhaitent améliorer leurs services auprès d'elles.

  • Par un concours de circonstances fortuit, l'auteure a pu pénétrer à l'intérieur de la maison d'arrêt de Brazzaville. Elle nous livre ici le récit-témoignage de cette plongée unique dans l'univers carcéral d'un régime de fer : la dictature de Denis Sassou N'guesso sur le Congo-Brazzaville.
    Surpopulation carcérale, saleté, manque d'hygiène, mauvais traitements, absence de soins, détention arbitraire, torture...tout y est décrit avec précision et avec l'authenticité du vécu.
    L'enfer existe bel et bien : il nous est ici minutieusement décrit, et, à l'instar de celui de Dante, on devrait mettre à l'entrée une grande pancarte avertissant : "Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérence".

  • Agis ou crève !

    « Le gang que je considère comme mes grands frères, mes protecteurs, ne cesse de me répéter sa règle : Agis ou crève. J'estime que je fais partie du groupe, du moins jusqu'à ce soir...

    Encore et encore, je me dirige vers les isoloirs, client après client, entre une ligne et un quart de gramme. Un automatisme, c'est ça ma vie.

    Je sens qu'il va arriver quelque chose, mais je ne sais pas quoi. Comme j'ai été formée à répondre aux exigences des hommes, mon corps fait ce qu'ils veulent, mais ma tête, elle, n'y est pas. Je sens que mes jours sont comptés et que je dois faire un choix, pour moi, pour mon fils. »

    Dans cet ouvrage Mélanie nous raconte son histoire, bouleversante, mais surtout inspirante. Celle d'une survivante de la traite humaine à des fins d'exploitation sexuelle qui, malgré l'ampleur du réseau des gangs de rue, réussit à s'en sortir.

    « Aujourd'hui, je vis MA vie, et c'est mon passé qui m'a modelée afin que je devienne la femme que je suis. J'espère de tout coeur que mon témoignage et mon engagement sauront en aider d'autres... »
    Mélanie Carpentier

  • Arrête de faire ta Causette Nouv.

    La vie ne m'a rien épargné ", disait Nadine Devillers. C'est rien de le dire... Assassinée le matin du 29 octobre 2020 par un terroriste lors de l'attentat de la basilique Notre-Dame de Nice, elle a mené une vie parsemée d'épreuves.
    Écrit comme un journal intime, Arrête de faire ta Cosette ! retrace les événements dramatiques qui ont jalonné la vie de Nadine : issue d'un adultère, elle n'est pas reconnue par son père schizophrène et alcoolique, qui lui interdit de l'appeler " Papa ". Celui-ci exerce une emprise tant mentale que phy- sique sur Nadine et sa mère.
    Maltraitée par ses nounous, Nadine grandit dans une extrême pauvreté. Plus tard, à l'ado- lescence, elle est victime d'un viol puis tombe amoureuse d'un homme que son père l'em- pêche de fréquenter...
    Malgré toutes ces épreuves, Nadine n'a jamais perdu son sourire ni sa joie de vivre. Dans Arrête de faire ta Cosette!, elle raconte aussi la découverte de sa foi, et celle de la ville de Nice et de la basilique où elle a perdu la vie.

  • Toute nue

    Lilly Lindner

    Petite fille abusée par ce voisin que sa mère trouve si gentil, ado meurtrie, Lilly souffre d'anorexie et s'inflige de terribles scarifications.À 17 ans, elle va vivre un week-end d'horreur, dont elle refusera de parler.À 20 ans, elle tente de vaincre son dégoût du sexe en se prostituant.C'est alors qu'elle va se mettre à écrire, pour soulager sa souffrance. Grâce à ce récit, elle parvient enfin à révéler ce week-end atroce dont elle a toujours gardé le secret...Aujourd'hui, grâce à la patience et à l'amour d'un homme, qui a su gagner sa confiance, Lilly a réappris à vivre et mène une existence normale.

  • En replaçant le respect de la femme au coeur du débat, le témoignage de cet homme de 79 ans a créé une onde de choc lors du procès du Carlton. En réalité, cela fait quarante ans que Bernard Lemettre aide des femmes à quitter " le plus vieux métier du monde " pour retrouver leur dignité, se réapproprier leurs corps et mener une existence normale. Né à Wattrelos en 1936 dans un milieu modeste, Bernard Lemettrea d'abord été boucher. Mais,à 28 ans, sa fibre humaniste le pousse à partir au Brésilavec sa femme, afin de soutenirdes paysans sans terre. C'est là-bas qu'il est sensibilisé audrame humainque représente la prostitution. De retour en France, il créeune délégation régionale du Nid dans le Nord. Entre-temps, ce fervent catholique - devenuouvrier du bâtiment et porte-parole de ses collègues sans-papiers -est ordonné diacre. Il a alors 35 ans. Cet hyperactif aime oeuvrer sur le terrainet déteste le fatalisme ambiant sur la prostitution, dont il souhaite la disparition.Car " un corps de femme, ce n'est pas fait pour être pénétré cinq ou dix fois par jour ", comme il l'a déclaréà la barre, en ajoutant : " Si la prostitution n'est pas faite pour ceux que l'on aime, alors elle n'est faite pour personne. "

empty