Période moderne (< 1799)

  • Le roi qui voulait voir la mer Nouv.

         Le 21 juin 1786, Louis XVI, qui n'a jamais voyagé, décide de se rendre à Cherbourg, contre l'avis de ses plus proches conseillers. Que compte-t-il rapporter de ce périple dans un territoire qu'on prétend hostile ? Pourquoi traverser ces terres où vivent encore des sorcières et plane le souvenir des invasions Vikings ?
          Roi lettré qui pratique couramment plusieurs langues, il sait tout des navires et des monstres marins. Il est capable de dresser la carte de l'expédition autour du monde de La Pérouse, mais n'a jamais embarqué, à trente-deux ans, sur un bateau ni vu la mer. Bouleversé par le spectacle de ces eaux déchaînées et de ce peuple qu'il découvre enfin, il se met à rêver à une société plus juste.
         Gérard de Cortanze nous propose un voyage échevelé et passionnant en terre normande, et nous fait découvrir un Louis XVI intime, humaniste, plus à l'aise avec les humbles que parmi ses courtisans : un Louis XVI comme on ne l'a encore jamais vu.

  • Les exilés de Byzance Nouv.

    29 mai 1453. Byzance, dernière capitale de l'empire romain d'Orient, tombe après le siège le plus sanglant de l'Histoire. La fière cité qui a résisté pendant plus de mille ans à tous les assauts s'effondre sous la violence de l'offensive turque. Jusqu'à l'intérieur de la basilique Sainte-Sophie, le peuple se défend avec ardeur et fièvre. Mais les vainqueurs n'épargnent ni les vieillards, ni les femmes, ni les enfants. Deux frères, Nicolas et Constantin Dionous parviennent à s'enfuir, l'un vers la Russie, l'autre vers les rives de la Méditerranée. Ils se font le serment qu'un jour, leurs descendants se retrouveront.
    Dans cette fresque magistrale qui traverse cinq siècles, la romancière Catherine Hermary-Vieille retrace, d'une plume éblouissante, le destin d'une famille prise dans les turbulences de l'Histoire, la douleur de l'exil et la quête de ses racines.

  • « La vraie bonne surprise de cette saison littéraire. » La Stampa
    « Je l'ai dévoré ! » Gérard Collard, Le Magazine de la santé
    1799. Paolo et Ignazio Florio quittent leur Calabre natale pour s'installer à Palerme. Passionnés, ambitieux mais pauvres et de modeste origine, les deux frères et leur famille n'aspirent qu'à une chose : se hisser parmi les puissants de la ville. C'est sans compter le mépris des palermitains qui voient d'un mauvais oeil ces étrangers dont « le sang pue la sueur ». À force d'obstination et de volonté, les Florio, en se lançant dans le commerce d'épices, se frayent un chemin qui, un jour peut-être, leur donnera un empire. Mais leur réussite ne les protège pas de drames plus intimes, car Paolo et Ignazio, pourtant unis comme les cinq doigts de la main, aiment la même femme...
    Succès phénoménal en Italie, bientôt adapté à l'écran par les producteurs de L'Amie prodigieuse, Les Lions de Sicile ouvre une fresque passionnée et tourmentée, à l'image de cette Italie du Sud qui en constitue le décor.
    « Une famille légendaire... Une passionnante mosaïque d'histoires publique, privée et d'époque. » Vanity Fair
    "Un des [romans] incontournables de l'été" Page des libraires

  • « Ne nous appartient-il pas d'inclure au lieu d'exclure ? De voir en l'autre une possible richesse et, avant cela, de regarder au plus profond de nous ce qui nous dérange en lui ? »
    Amsterdam, 1656. Dans la synagogue de la communauté hispano-portugaise transformée en tribunal, un très jeune homme est jugé pour hérésie et autres actes monstrueux. Il risque un bannissement à vie.Comment celui en qui tous voyaient un futur rabbin en est-il arrivé là ? Quelles rencontres ont pu le détourner d'une voie toute tracée ? Quel cheminement a été le sien pour passer d'un Dieu qui punit à un Dieu qui, ayant tout et étant tout, ne demande rien ?
    Dans ce roman passionnant, qui nous plonge au coeur des débats précurseurs du siècle des Lumières, Jacques Shecroun imagine les événements qui marquèrent un tournant majeur dans la vie de Spinoza. Le procès dont le philosophe fut l'objet souligne, aujourd'hui encore, la modernité de sa pensée, et l'actualité de la question de la liberté d'expression.

  • Dans la lignée des Tudor, le premier roman événement d'une trilogie qui a enflammé l'Europe et Les Etats-Unis. Les fans de roman historique vont hurler de plaisir !
    Angleterre, 1520. Règne des Tudors. Le roi Henri VIII n'a pas de fils pour lui succéder. Situation préoccupante qui pourrait entrainer le pays sur le chemin de la guerre civile. Aussi décide-t-il de divorcer de Catherine d'Aragon, avec qui il est marié depuis plus de 20 ans pour épouser Anne Boleyn, dont il est tombé amoureux. Son conseiller, le cardinal Wolsey échouant à obtenir l'accord du pape, un jeune homme plein de fougue et de ressources va peu à peu entrer dans les bonnes grâces du roi et l'aider à vaincre l'opposition. Son nom : Thomas Cromwell. Ambitieux, idéaliste et opportuniste à la fois, fin politicien et manipulateur né, celui-ci est au début d'une carrière qui va modifier profondément et durablement le visage du royaume. Avec Dans l'ombre des Tudors, vainqueur du Booker Prize et salué dans le monde entier par une critique unanime, Hilary Mantel nous propose un fabuleux voyage au coeur d'une société en plein bouleversement. Prenant pour sujet l'une de ces périodes clés de notre civilisation où l'histoire, la politique, les passions et les destinées individuelles se confondent, elle nous livre un portrait sans précédent de la maison Tudor.

  • Couronné par le Booker Prize, élu meilleur livre de l'année par le New York Times et le Washington Post, Le Pouvoir retrace avec un talent rare les neuf mois les plus passionnants de l'histoire du Royaume-Uni.
    1535. Thomas Cromwell a affronté l'Église catholique et la noblesse anglaise pour permettre à son souverain, Henri VIII, de divorcer de Catherine d'Aragon afin d'épouser Anne Boleyn. Nommé ministre en chef, il doit maintenant gouverner un royaume isolé en Europe, au bord de la guerre civile, tout en affrontant l'opposition de l'aristocratie et du clergé. Sa tâche est d'autant plus complexe qu'Henri VIII, devant l'incapacité d'Anne Boleyn à lui donner un héritier mâle, convoite désormais la jeune Jeanne Seymour. Manipulations, trahisons et intrigues : Cromwell, en fin stratège, va devoir employer tous les moyens pour satisfaire les désirs du roi, sauver la nation... et sa tête par la même occasion. La Cour devient alors le théâtre d'une véritable tragédie sanguinaire, celle des derniers mois d'Anne Boleyn, dont personne ne sortira indemne. Après Dans l'ombre des Tudors, qui retraçait l'accession au pouvoir de Cromwell, Hilary Mantel nous offre ici une nouvelle fresque passionnante autour de la maison Tudor.


  • Ils ont contribué à la chute de l'Ancien Régime pour ériger une nouvelle société française. Mais l'heure de la remise en cause a sonné.

    1791. La Révolution a fait voler en éclats la société française. Tout a changé : le régime, les lois, le système éducatif... Mais la situation politique du pays reste profondément instable. À Paris et en province, les luttes de pouvoir, les conspirations, l'intransigeance des nouveaux élus, la menace d'une guerre qui anéantirait une France déjà exsangue instaurent un climat délétère. Après avoir oeuvré pour la Révolution et occupé le devant de la scène, Danton et Camille Desmoulins voient Robespierre se radicaliser, et ériger la terreur en système. Peuvent-ils encore stopper leur ami ? Rien n'est moins sûr puisque Danton se retrouve mêlé à des affaires de corruption et que Desmoulins a été vu en train de pleurer devant ses amis condamnés et emmenés à la guillotine... Inéluctablement, les révolutionnaires vont devenir les victimes de la terrifiante machine qu'ils ont eux-mêmes créée.
    Ce deuxième tome nous fait passer de l'exaltation née des espoirs de la Révolution à la tragédie féroce de la Terreur et de ses implacables exécutions. Avec la même véracité historique, la même habileté dans la narration, Hilary Mantel décrit cette fois le nouveau visage de la France, rongée par la suspicion et les appétits de pouvoir. Un véritable tour de force.


  • Au coeur du plus grand événement historique français, les destins intimes de trois architectes de la Révolution : Danton, Robespierre et Camille Desmoulins.

    Trois jeunes avocats ambitieux sont venus à Paris dans l'intention d'y faire carrière. Criblé de dettes, Jacques Danton rêve de gloire et de fortune. Malgré sa disgrâce physique, il dégage un puissant magnétisme érotique. Maximilien de Robespierre est un jeune homme brillant, frêle et appliqué, que la violence effraie. Sensible et épris de liberté, il souhaite ardemment changer le système inégalitaire de la France. Camille Desmoulins est un pamphlétaire de génie. Fantasque et charmeur, il est obsédé par une femme mais fiancé à une autre, sa fille.
    Ces trois amis vont bientôt se retrouver au coeur de la Révolution. Après avoir goûté l'ivresse du pouvoir, que restera-t-il de leurs idéaux ? Et de leur amitié ?
    Accompagné de cet impressionnant trio, le lecteur plonge à corps perdu dans les bouleversements de la Révolution française et côtoie des dizaines de personnages réels. L'esprit de l'époque est là, incandescent, enivrant et inquiétant sous la plume de l'auteur qui nous entraîne au coeur des sentiments humains, où l'Histoire prend ses racines. Cette immense oeuvre en deux volets, qui a demandé plus de vingt ans de travail à Hilary Mantel, peut être considérée comme le roman incontournable de la Révolution française.

  • Nous, Louis, roi

    Eve de Castro

    " J'ai peur.
    Je ne suis plus Apollon, ni le roi de France, je ne suis plus que Louis consumé de terreur. "
    Il signait " Nous, Louis, roi " et il rêvait d'éternité. La gagrène ronge sa jambe. Ses ennemis ont parié qu'il ne passerait pas la fin du mois d'août.
    A Versailles, on pleure et on prépare l'avenir. A Paris, on fête déjà la mort du tyran. Cloué sur son lit, celui qui s'est voulu le plus grand roi du monde est seul avec lui-même. C'est l'heure des comptes, des adieux, de la vérité.
    Il reste à Louis XIV dix-sept jours pour quitter sa peau de dieu. Dix-sept nuits pour se découvrir homme.

  • Voici un roman fastueux tout à la fois éducation sentimentale, grand roman historique, piquant roman d'amour, d'aventures et de moeurs.
    Un roman enjoué, endiablé, écrit avec un bonheur constant dans une langue superbe.
    Un vrai "roman-feuilleton", vivant et talentueux, comme peu savent encore écrire.
    Un roman qui fera se rappeler à chacun qu'il n'est pas un mauvais de vivre en France, même "après le déluge" qui devait suivre la mort de Louis XV le Bien-aimé...

  • En vous promenant d'un modeste château de la Dombes à une jolie boutique d'herbes du Temple, le premier tome de La Bougainvillée : Le Jardin du Roi, vous a fait connaître et aimer Jeanne aux yeux d'or, au coeur tendre, au corps gai. Jeanne belle, vive et point sotte, audacieuse autant que timide, sincère jusque dans ses mensonges, Jeanne qui sait si bien croquer ses bonheurs, dans ce temps de la fin de règne de Louis XV où le plaisir de vivre est une religion. Quatre-Épices vous emportera avec elle bien loin de Paris, dans cette mer indienne sur laquelle flotte, depuis longtemps, un grand rêve de Jeanne. Mais de Lorient au Port-Louis, la route bleue est longue pour une flûte de la Royale que poussent les caprices des vents...
    Vous retrouverez, dans ce deuxième tome, toute la richesse et la sensualité du style de Fanny Deschamps et sa parfaite recréation d'un XVIIIe siècle inoubliable, où se croisent des personnages passionnants dans un tourbillon de couleurs, de saveurs, de décors et de parures. Après les douceurs de la province et la fête de Paris, décrits dans le premier tome, déjà devenu un classique, vous découvrirez dans ce livre les éblouissements des nuits et des jours dans les mers du Sud au temps où l'Isle de France était encore l'oasis romantique du Paul et de la Virginie de Bernardin de Saint Pierre. Vous y entendrez la trop belle Jeanne rire et pleurer de ses mille plaisirs et de ses amours, dans le parfum des frangipaniers.
    Du « Jardin du Roi » à « Quatre-Épices », La Bougainvillée a conquis la gloire en deux tomes.Gabrielle Rollin, Le Monde

  • Le Mouron Rouge t.1

    Emmuska Orczy

    Dans la tourmente de la Terreur, le très british Sir Percy Blakeney vole au secours des aristocrates français. Un classique indémodable du roman de cape et d'épée, indisponible en poche.
    1792. Paris est aux mains des révolutionnaires, qui vouent les aristocrates à la geôle ou à la guillotine.Un chevalier anglais se donne pour mission de leur épargner la mort en facilitant leur évasion outre-Manche. C'est le baron Percy Blakeney, champion du travestissement et as de la rapière, qui agit sous le nom de " Mouron rouge ". Même son épouse, une actrice française expatriée, ne sait rien des manigances de son mari et de ses téméraires lieutenants.Jusqu'au jour où son frère est enlevé, menacé d'être tué si elle ne révèle pas au Comité de salut public l'identité du comploteur... L'agent Chauvelin, patriote fanatique, est quant à lui prêt à tout pour démasquer le Mouron rouge...Coups de théâtre, passion et trahison : aucun des ingrédients du genre ne fait défaut à ce fleuron du roman de cape et d'épée, à mi-chemin entre Dumas et Paul Féval.

  • En 1629, au large de l'Australie, les quelque deux cent cinquante rescapés du naufrage d'un navire de commerce néerlandais sont victimes du plus grand massacre du XVIIe siècle. De cet épisode sanguinaire Marc Biancarelli s'empare pour donner vie, corps et âme à des hommes contaminés par le Mal, qui corrompt ceux qui le touchent du doigt en un cercle vicieux interrogeant perpétuellement ses origines.

  • Résumé
    Ben Aïcha, célèbre corsaire marocain du XVIIe siècle, parti de rien, devient amiral, puis ambassadeur. Le 13 février 1699, il rencontre Marie-Anne de Bourbon, Princesse de Conti, fille du roi Louis XIV, lors d'une somptueuse fête à Versailles. L'histoire n'a rien retenu de la passion qu'ils ont vécue. Fable d'amour et de liberté, le roman révèle les tumultes d'une relation scellée par l'impossible.

    Extrait
    Ben Aïcha s'inclina, lui baisa la main.
    - Parlez-moi de votre nation, je brûle de la connaître, le roi, mon père, le sait...
    Le coeur de Ben Aïcha se mit à battre comme s'il allait rompre. Il s'efforça de masquer son trouble et parla longuement de son pays. Elle était radieuse. Il sentait le velours bleu vert de ses yeux posé sur son âme. Elle sourit. Elle devait prendre congé.
    Il se pencha plus avant. Effleura, de ses lèvres, l'ineffable blancheur de sa main. Elle s'éloigna. Il n'était plus apte à fixer son esprit sur rien. Il était comme enveloppé dans l'immatériel satin d'un songe.

    Pour l'auteur Kebir Ammi
    « C'est un roman à la croisée des chemins, un roman métis, un roman sur la liberté d'être d'ici et d'ailleurs, une réécriture d'un passé non assumé souvent. Je voulais que la beauté et la fragilité de la poésie croisent la vérité du roman et s'en emparent. Je voulais que ce roman soit comme une ode à l'amour. »

    Ce que la presse en dit
    Par-delà le thème central de la passion amoureuse, le roman d'Ammi est une libre reconstitution du bouillonnement culturel de l'époque. Au détour des pages, on commente les pièces de Molière, de Corneille et de John Ford, on discute de la renommée de l'oeuvre de l'académicien Fontenelle, on croise Hélène Fourment, épouse et modèle de Rubens, on suit les pas de la danseuse de ballet Françoise Prévost, on écoute les compositions de François Couperin et de Jean-Baptiste Morin, on célèbre les écrits subversifs de Marie-Catherine d'Aulnoy et on entraperçoit même Boileau et Saint-Simon. [...] À vrai dire, Ben Aïcha est aussi bien une ode à l'amour impossible qu'un éloge du pouvoir des mots contre l'intolérance et l'obscurantisme. Par-delà le destin d'un homme ébranlé par une passion fougueuse, le roman interroge les frontières entre Orient et Occident, entre nord et sud de la Méditerranée, entre identité et altérité, entre le destin de ces personnages historiques oubliés ou négligés, et le tourbillon de la grande Histoire, écrasant de son ombre dominante leurs expériences, leurs passions et leurs frustrations. Il y a dans Ben Aïcha une tentative originale de sculpter le corps de la fiction, avec sa part d'incertitudes et d'ambivalences, dans le marbre dur de l'histoire.
    Khalid Lyamlahy, Zone critique

    L'auteur
    Kebir Ammi est né à Taza, au Maroc. Essayiste, dramaturge et romancier, il vit en France depuis plus de trente ans. Il est l'auteur d'une oeuvre ouverte sur l'altérité, la diversité et la beauté du monde. Ses romans sont parus chez Gallimard et Mercure de France. Ben Aïcha est son premier titre publié chez Mémoire d'encrier.

  • En cet automne 1702, Victor, fils du comte de Gironde, fuit la demeure de son père, resté protestant malgré l'injonction du roi. En route vers Paris, le jeune voyageur, ingénu autant qu'impétueux, a soif d'aventures. Sa rencontre avec le libertin chevalier de Carresse bouleverse bientôt sa vie de provincial : le voilà précipité au cœur des affaires royales et des intrigues politiques de la capitale...
    Jean-Paul Desprat, né en 1947, est historien et romancier. Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur Henri IV et Mme de Maintenon et des romans Bleu de Sèvres et Jaune de Naples, disponibles en Points.
    " L'imagination de l'auteur tire sa force de sa formidable érudition. "
    Les Échos

  • 1775. Richard Morgan tient une taverne à Bristol. Lorsque son ls unique disparaît et que son épouse est retrouvée morte, il est pris dans les rets d'une justice impitoyable. Il est jeté en prison, mais son calvaire ne s'arrête pas là...Condamné à l'exil, il embarque avec d'autres forçats sur une frégate qui les conduit, après un long voyage, sur une petite île perdue au large de l'Australie : Norfolk.Là, sur cette terre hostile, sa nouvelle vie l'attend. Des hommes violents gouvernent sans pitié, la loi du plus fort règne.Morgan devra faire preuve d'une force d'âme à toute épreuve pour parvenir un jour à faire sienne cette terre lointaine.À travers le destin de Richard Morgan, s'appuyant sur des faits historiques, Colleen McCullough retrace dans ce premier volet de L'espoir est une terre lointaine l'histoire des pionniers d'un nouveau continent : l'Australie.

  • Gentilhomme quercinois de haute naissance, François de Saint-Sozy monte à Versailles pour connaître le rituel des Honneurs de la Cour et se présenter à Louis XV. Il est pris en charge par son oncle Emmanuel de Noailles qui l'introduit dans les salons parisiens. Mais à l'atmosphère frelatée de la cour, il préfère son Quercy natal où il retourne s'installer et fonde une famille. Bâtisseur et mécène, idéaliste et philanthrope, il s'efforce de créer un îlot de prospérité économique et de raffinement.
    Lorsque survient la Révolution, il tente avec plusieurs membres de sa famille de lutter contre le vent de l'Histoire. Que parviendra-t-il à sauver de ce qui fut l'oeuvre de sa vie ? L'histoire de cet honnête homme, au sein d'un monde en profonde mutation et qui remet en cause son système de valeurs, n'est pas sans écho dans notre monde contemporain.

  • Ils ont été les derniers rois de la Renaissance. Violents, cruels, dégénérés, soumis à la férule de Catherine de Médicis, mère abusive, régente ambitieuse, qui tiendra jusqu'au bout un pouvoir que ses fils étaient incapables d'assumer. François II, Charles IX, Henri III, le duc d'Anjou... tous disparaitront dans la fleur de l'âge, assassinés, emportés par la maladie ou la folie.
    Libre, rebelle, sensuelle, leur soeur Marguerite, « la perle des Valois », affiche une vie dissolue, collectionnant les amants. Elle acceptera pourtant de se plier à la raison d'Etat en épousant Henri de Navarre, le futur Henri IV.
    Femme fatale, la reine Margot domine l'extraordinaire roman de Catherine Hermary-Vieille qui nous plonge dans les fastes et les horreurs d'une cour de France hantée par les espions, les empoisonneurs et les spadassins, gouvernée par des fauves sanguinaires qui s'entredéchireront jusqu'à la mort de leur dynastie.

  • Venise, 1763. Lorenzo Falieri se voit remettre par Il signore Zuliano un parchemin codé et marqué du sceau des Templiers, transmis de père en fils depuis 400 ans. Déterminé à percer le mystère de sa traduction, Lorenzo ignore encore quels dangers entourent ce singulier vestige, capable de faire vaciller les fondements de l'Église.

  • De 1789 à 1792, à l'initiative des colons de Saint-Domingue admis comme députés au sein de l'Assemblée nationale, les débats se focalisent sur la question des droits des hommes de couleur libres ou " mulâtres ". Hostile à la reconnaissance de ces droits, le lobby colonial d'alors réussit à écarter toute application aux " îles " de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen malgré les interventions répétées des membres de la Société des amis des noirs. Cet " abcès de fixation " permet de différer la suppression de la traite et la première abolition de l'esclavage.

  • À Paris, le 3 vendémiaire an IV (25 septembre 1795), quatre hommes ont été empoisonnés à l'auberge des cygnes. Accompagné de son fidèle Bertin, le commissaire Nérac mène l'enquête. Cependant, il voit avec angoisse ressurgir le passé de la petite orpheline, Jeanne, que son épouse et lui ont adoptée. Cette double intrigue, policière et familiale, nous emporte dans la société du Directoire. Après les tragédies de la Terreur, de nouveaux riches apparaissent, organisant fêtes, bals et réjouissances. Des banquiers, des fournisseurs aux armées, des hommes politiques y croisent les Merveilleuses tandis que les difficultés économiques plongent une grande partie du peuple dans la pauvreté. C'est au cours de cette période tourmentée et foisonnante que Jean Nérac démasquera un personnage discret au dessein machiavélique.

  • Joseph est miraculeusement sauvé à la naissance par une religieuse ; il est adopté par un horloger et le deviendra lui-même en suivant sa famille d'adoption à Paris. À la même époque surviennent les massacres perpétrés par la bête du Gévaudan, mais l'énigme de cette bête n'est pas éclaircie. C'est la période prérévolutionnaire, où les salons discutent des idées des philosophes des Lumières et où les rues de Paris et de province s'agitent. Joseph est entrainé dans ce mouvement, et sa vie sera marquée par la Révolution. Son métier d'horloger l'autorisant à pénétrer dans les lieux du pouvoir, il découvre les secrets lui permettant de partir à la recherche de son amour et son destin croisera alors celui des tueurs du Gévaudan pour finir dans le Midi de la France. Ce roman, construit comme un thriller historique, fait aussi écho aux évènements récents de notre histoire.

  • Le châtelet : la révolution en Savoie Nouv.

    La jeune Victoire, bien que d'un esprit fin et curieux, ne cesse de manquer de clairvoyance dans ses amours, tant avec son cousin Albert de Lionne qu'avec le bâtard Joseph qui a pris le parti de la Révolution. Elle hésitera entre deux mondes, s'efforçant de construire son propre destin. Mêlant Histoire et fiction, Le Châtelet plonge son lecteur dans la Savoie de la fin du XVIIIe siècle à l'époque de la Révolution française, à la découverte d'une famille de la petite noblesse, dont les membres se déchireront et connaîtront dans une période trouble des destins variés, dont l'exil loin de leur patrie. Le Châtelet parle de l'attachement à une famille ainsi qu'à une terre : la Savoie, revient sur les premiers temps peu connus de la République et pose la question de la place des individus face à l'Histoire.

  • Venise, 1582.

    Michele, jeune maçon, est fou amoureux de la ravissante Bianca. Accusé de s'être publiquement révolté contre le sénateur Lippomano, le garçon est banni et, sans avoir le temps de dire adieu à sa femme, embarque sur une galère. Désormais seule dans la cité des Doges, Bianca, brisée par le chagrin, pour ne pas sombrer dans la misère, rentre au service de la terrible dame Faustina. Tenace et orgueilleuse, la jeune fille n'a plus qu'une seule idée en tête : retrouver Michele.

    Dans ce formidable roman d'amour et d'aventures, Alessandro Barbero nous plonge au coeur de la Sérénissime, dans le dédale de ses ruelles et de ses venelles, entre les palais des seigneurs et le ghetto, et, de Naples à Constantinople, de la Crète à Chypre, il nous entraîne dans un extraordinaire périple en mer peuplé de corsaires, d'assassins, d'espions et de renégats.



    Traduit de l'italien par Pérette-Cécile Buffaria et Aristeo Tordesillas

empty